August 03, 2018

QUEL RESTAURANT CHOISIRIEZ-VOUS POUR VOTRE DERNIER REPAS A SAN FRANCISCO ? LE POINT DE VUE D'UN HABITANT DE LA VILLE

Quel restaurant choisiriez-vous pour votre dernier repas à San Francisco ? Le point de vue d'un habitant de la ville

Quel restaurant choisiriez-vous pour votre dernier repas à San Francisco ? Cette question permet de bien cerner la personnalité des personnes qui y répondent. Choisiront-ils un endroit raffiné, voudront-ils vivre une expérience unique ou retourneront-ils une dernière fois dans leur restaurant habituel ? Quelle que soit leur réponse, vous allez certainement vous régaler. En tant que touriste, pour vous, chaque repas est déjà certainement le dernier, alors pourquoi ne pas faire confiance à la meilleure des sources, les habitants de la ville, pour faire de chacun de vos repas une expérience inégalée, digne d'être la dernière de votre voyage ?

Viceroy, musicien
Chubby Noodle à North Beach. Tacos de porc à la coréenne, chubby chicken et nouilles aux œufs à l'ail. Je ne vois pas d'autre possibilité.

Jeffrey Paradise, de Poolside
Difficile de choisir ! Michael Black, qui gérait auparavant le Sebo à Hayes Valley propose des points de restauration éphémères partout dans la ville. Pour mon dernier repas ici, je commanderais sans hésiter ses sushis à manger sur le pouce.

J-KIND, DJ
Je prendrais un steak au 5A5 Steak Lounge.

Lisa Rogovin, guide touristique
Des boulettes cuites à la vapeur, sans hésitation. J'irais peut-être au Yank Sing, pour son côté chic et prestigieux. Ou alors, au Shanghai House, pour son authenticité. J'espère que je n'aurai jamais besoin de choisir !

Adam Jacobs, star de la comédie musicale Aladdin de Disney
J'ai toujours été fan des « pêches du jour » et d'une bonne chaudrée de palourdes sur un pain au levain.  Le restaurant importe peu. J'adore la version cuite dans du papier sulfurisé proposée par Hyde Street Seafood House, mais aussi celle des nombreux restaurants de Fisherman's Wharf et de mon restaurant préféré, Barbara's Fishtrap, un peu au nord d'Half Moon Bay. J'y suis allé des dizaines de fois avec ma famille. C'est un plat que j'associe particulièrement à San Francisco.

Sharon Nahm, chef
Mon dernier repas ? Du poulet grillé avec plein de garnitures ! J'irais à l'Ad Hoc, à Yountville. C'est assez près de San Francisco ? 

Lisa Geduldig, comédienne
Je m'installerais sur la plage pour écouter l'océan en mangeant des Tokyo makis.

Nya Cruz, AsiaSF
Hou la la ! En voilà une question difficile. J'aime tellement de choses. Je dirais l'épaule de porc grillée du Sai Jai Thai, servie en filets. Je crois que je n'ai jamais rien mangé d'aussi délicieux. 

Brian Wiedenmeier, directeur de la San Francisco Bicycle Coalition
Un sandwich gigantesque au pastrami roumain du Deli Board.

Les otaries de PIER 39
Moi, vous savez, je préfère le poisson. Ceci dit, je ne dirais pas non à un de ces mini-doughnuts...

Luis Herrera, bibliothécaire
J'adore traîner l'après-midi avant de dîner au Ramp. C'est un lieu où se retrouvent les habitants du coin, au bord de l'eau, à Mission Bay. À l'origine, dans les années 50, c'était un magasin d'appâts. Vous pouvez dîner dans le patio en profitant d'une superbe vue sur East Bay. Personnellement, j'opterais pour un fish and chips, mais la carte est très fournie et propose du calamar, des huîtres, du guacamole... Cerise sur le gâteau, le Ramp organise parfois des soirées de Salsa ou de musique brésilienne.

Dennis McNally, historien
En 1976, Tony Hiss a écrit dans le New Yorker que le Henry’s Hunan (qui n'était alors qu'un minuscule bouiboui à quelques pas de Broadway, sur Kearny, je crois) était le meilleur restaurant chinois du pays.  Il existe encore des filiales du Henry à San Francisco, mais je pense que j'irais plutôt dans l'établissement que je considère comme son héritier, le Brandy Ho's, au 217 Columbus, à quelques mètres du Henry d'origine.  J'y commanderais une salade de poulet, composée de poulet, de concombre et de nouilles (généralement des dangmyeon, mais je préfère les nouilles de blé) et accompagnée d'une sauce aux arachides.  Je prendrais aussi des pancakes aux oignons. Ce ne serait pas très diététique, mais tellement bon...

Ryan Scott, chef
J'aimerais commencer au Bix pour boire un martini et savourer des Potato Pillows à la crème fraîche, accompagnées de caviar américain. Ensuite, j'irai à l'House of Prime Rib pour son End Cut (steak de bœuf bien cuit). Mon petit secret ? Commander la sauce au Raifort et poivre rose. Il faut la demander, car elle ne figure pas au menu. Pour finir, je prendrais une coupe de champagne avec un soufflé de chez Gary Danko.

Dorka Keehn, artiste
Un de mes restaurants préférés, et l'un des rares qui restaient ouverts tard le soir lorsque je suis arrivée à San Francisco il y a 25 ans, est le Bix. L'ambiance, la nourriture et les boissons y sont toujours aussi sympas, même après toutes ces années. Je commanderais une flûte de champagne, des huîtres et un steak tartare.

Colleen Mauer, créatrice
Le Zuni Cafe occupera toujours une place particulière dans mon cœur. D'une part, j'y ai travaillé il y a longtemps, et d'autre part j'adore ses plats, l'ambiance et l'humeur dans lequel me plonge cet endroit. J'ai eu la chance de travailler avec feu Judy Rodgers. C'est peut-être son sens du détail et du service qui m'ont fait tant aimer cet endroit, que je continue de fréquenter alors que cela fait presque dix ans que je n'y travaille plus. Ou alors, je pourrais opter pour les huîtres froides de Tomales Bay à la sauce mignonnette, accompagnées d'un verre de vin pétillant. Ou bien la délicieuse salade César avec des croûtons de pain Acme et une vinaigrette minute. Sinon, je prendrais peut-être les patates en lanières qui accompagnent le poulet rôti. L'attente est un peu longue pour ce plat, environ une heure, mais cela en vaut la peine !  Et si vous avez la chance d'y aller alors que son fameux pot de crème est au menu, vous pourrez considérer avoir eu le dernier repas idéal. Mais le gâteau Victoire et le granité parfum expresso peuvent également permettre de conclure votre repas en beauté. Savourez un superbe pinot Willamette et prenez votre temps pour profiter de vos convives. L'ambiance vous incitera à rester toute la nuit.

Jack Boulware et Jane Ganahl, créateurs de Litquake
Jack : Tadich Grill dans le Financial District. Il s'agit du plus vieux restaurant de la ville. Installez-vous à l'immense comptoir en bois. Commandez un surf and turf, les huitres Rockefeller accompagnées de salade, avec un cocktail ou un verre de vin. Le serveur risque de ne pas être très aimable. Ne vous inquiétez pas, c'est normal. Une fois menotté et installé de force dans un fourgon en route pour San Quentin (on parle bien de votre dernier repas, non ?), admirez par la fenêtre grillagée le coucher du soleil par-delà le Golden Gate Bridge et demandez-vous comment mère Nature est parvenue à créer un lieu aussi magnifique.
Jane : Des raviolis aux champignons sauvages au Greens ! Quelle belle façon de mourir, avec une vue pareille !

Whitney Lynn, spécialiste en light art
Un burrito au El Toro (éventuellement suivi de tacos au Cancun).

Sean Dorsey, danseur
Le cassoulet ou la crêpe aux champignons du Café Bastille ! Ajoutez un double expresso (voire deux) et une crème brûlée !

Roberto Hernandez, poète
J'irais au Las Tinajas pour manger un nacatamal géant préparé par d'authentiques Nicaraguayens.

Linda Lee, guide touristique à Chinatown
Capital Restaurant est le restaurant auquel se rendent tous les Sino-Américains pour savourer de bons repas qui rappellent ce que leurs mères cuisinaient. Ce restaurant propose une sélection raisonnable de plats, tous aussi délicieux les uns que les autres. Tout le monde vient y faire le plein de « comfort food ». À chaque fois que j'y vais, je croise des amis. Ne passez pas à côté des ailes de poulet au poivre et sel.

Alice Kawahatsu, guide touristique spécialisée dans les restaurants
De temps en temps, je suis prise d'une furieuse envie de tonkatsu donburi (côte de porc et œufs avec oignons et riz). Le meilleur endroit pour en profiter ? Le Super Mira. Vous vous souvenez de cette épicerie familiale dont je parlais tout à l'heure ? Eh bien, peu de gens le savent, mais il y a une cuisine au fond du magasin.   Il suffit d'appuyer sur la sonnette et M. Suzuki ou M. Miura viendra prendre votre commande. Le samedi, ils proposent également un poulet frit absolument succulent. En dessert, je prendrai le chiffon cake à la goyave du Yasukochi Sweet Stop et le monju de Benkyodo’s Age. Cela ressemble à un doughnut fourré avec des haricots rouges sucrés. Je finirais avec une bonne tasse de thé Genmaicha chaud au Kissako.

Michael Mina, chef
Le restaurant japonais Hana, sans hésiter. J'éprouve un grand respect pour le chef Ken Tominaga. Il est vraiment talentueux et sait rendre la cuisine japonaise à la fois délicieuse et accessible. Je lui ferais totalement confiance et commanderais un menu omakase. Si je devais choisir un restaurant à San Francisco, ce serait le Zuni Café. J'y ai des souvenirs particuliers, car c'est un des premiers restaurants dans lesquels j'ai mangé après mon arrivée à San Francisco. C'est lui qui m'a vraiment fait découvrir la cuisine californienne. Et puis, son poulet rôti est vraiment inimitable.